Une culture compatible avec BMO

En 1868 fut fondée la Foreign & Colonial Investment Trust (F&C), qui préconisait que les investisseurs à revenu moyen devaient bénéficier d’un accès égal aux marchés boursiers. Cette société londonienne devint la première société de gestion de fonds de placement au monde. F&C estimait qu’elle travaillait ainsi dans l’intérêt de ses clients et ce fut une des raisons pour lesquelles elle s’intégra facilement dans la famille de BMO. BMO en fit l’acquisition en 2014, dans le cadre de sa stratégie d’expansion de BMO Gestion mondiale d’actifs en Europe. À ce moment, F&C employait 658 personnes et administrait un actif de 82 milliards de livres sterling. Une seule autre acquisition se révéla plus importante, dans l’histoire de BMO.

La guerre et le monde du travail

La Première Guerre mondiale exerça une influence profonde sur l’effectif de la Banque de Montréal. En 1917, près de 50 % de ses employés, soit 810 hommes, avaient abandonné leur emploi pour joindre l’effort de guerre. Ils ont été remplacés par des femmes.

Avant 1914, les femmes exerçant le métier de sténographe étaient rares, même au siège social, tandis qu’aucune n’était comptable. À la fin de la guerre, les femmes comptaient pour plus de 42 % de l’effectif de la Banque. Celle-ci avait engagé des centaines de femmes non seulement comme sténographes et secrétaires, mais aussi dans tous les postes administratifs relevant du directeur.

Ce mouvement s’est répété pendant la Deuxième Guerre mondiale. Entre 1939 et 1945, 1 269 hommes et 181 femmes, soit environ le quart du personnel de la Banque, se sont engagés dans les forces armées. À la fin de la guerre, 40 % de l’effectif de la Banque était féminin.

Load more

À qui la fortune sourit volumes 1 et 2

L’histoire définitive de l’une des banques les plus anciennes d’Amérique du Nord, À qui la fortune sourit : La Banque de Montréal et l’essor financier de l’Amérique du Nord, volumes 1 et 2, par Laurence B. Mussio.

Allez sur le site de McGill-Queen’s University Press pour commander votre exemplaire.

Un destin plus grand que soi

Rendant hommage à la première banque au Canada, le livre riche en images Un destin plus grand que soi : L’histoire de la Banque de Montréal de 1817 à 2017, de Laurence B. Mussio, raconte l’histoire captivante de la Banque, de sa fondation jusqu’à aujourd’hui.

Visitez le site de McGill-Queen’s University Press pour commander votre exemplaire.


Top

Your browser is out of date and is not supported. Some features of this web site may not display correctly. Please update your browser to one of the following:

Images on this website are property of Bank of Montreal unless otherwise noted. Unauthorized use is prohibited.

I understand