Que représente « BMO »?

À quoi correspond notamment cette abréviation? C’est le symbole de la Banque de Montréal dans les marchés boursiers de Toronto et de New York. Les investisseurs utilisent depuis longtemps « BMO » pour désigner la Banque de Montréal. Il fut donc facile de choisir « BMO Groupe financier » pour désigner l’organisation qui réunissait les différents secteurs d’activités et entreprises.

Un regard vers l’est

Le 1er juillet 1867, au moment où le Dominion du Canada prenait officiellement vie, des représentants de la Banque faisaient déjà route vers Halifax et Saint John, dans les nouvelles provinces de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick, pour y ouvrir des succursales.

À Terre-Neuve, les services bancaires aux entreprises étaient assurés par deux institutions locales qui fermèrent toutes deux leurs portes le même jour de 1894. Quatre jours plus tard, à la demande du gouvernement terre-neuvien, la Banque de Montréal envoyait un représentant à St. John’s. Moins d’un mois plus tard, la Banque ouvrait une succursale sur la rue Duckworth et commençait à octroyer des crédits considérables au secteur des pêcheries. Très rapidement, elle se vit confier les affaires bancaires du gouvernement de Terre-Neuve.

La guerre et le monde du travail

La Première Guerre mondiale exerça une influence profonde sur l’effectif de la Banque de Montréal. En 1917, près de 50 % de ses employés, soit 810 hommes, avaient abandonné leur emploi pour joindre l’effort de guerre. Ils ont été remplacés par des femmes.

Avant 1914, les femmes exerçant le métier de sténographe étaient rares, même au siège social, tandis qu’aucune n’était comptable. À la fin de la guerre, les femmes comptaient pour plus de 42 % de l’effectif de la Banque. Celle-ci avait engagé des centaines de femmes non seulement comme sténographes et secrétaires, mais aussi dans tous les postes administratifs relevant du directeur.

Ce mouvement s’est répété pendant la Deuxième Guerre mondiale. Entre 1939 et 1945, 1 269 hommes et 181 femmes, soit environ le quart du personnel de la Banque, se sont engagés dans les forces armées. À la fin de la guerre, 40 % de l’effectif de la Banque était féminin.

Plus

À qui la fortune sourit volumes 1 et 2

L’histoire définitive de l’une des banques les plus anciennes d’Amérique du Nord, À qui la fortune sourit : La Banque de Montréal et l’essor financier de l’Amérique du Nord, volumes 1 et 2, par Laurence B. Mussio.

Allez sur le site de McGill-Queen’s University Press pour commander votre exemplaire.

Un destin plus grand que soi

Rendant hommage à la première banque au Canada, le livre riche en images Un destin plus grand que soi : L’histoire de la Banque de Montréal de 1817 à 2017, de Laurence B. Mussio, raconte l’histoire captivante de la Banque, de sa fondation jusqu’à aujourd’hui.

Visitez le site de McGill-Queen’s University Press pour commander votre exemplaire.


Haut

Votre navigateur n’est plus à jour et n’est pas optimisé pour ce site. Certains éléments du site Web pourraient ne pas s’afficher correctement. Veuillez mettre à jour votre navigateur en suivant l’un des liens ci-dessous :

Les images qui figurent sur ce site Web sont la propriété de la Banque de Montréal, sauf indication contraire. Il est interdit d’en faire un usage non autorisé.

Je comprends