À la fine pointe de la technologie

Portefeuilles numériques

Les clients de BMO au Canada et aux États-Unis n’ont plus à transporter des portefeuilles volumineux. Depuis 2015, Apple Pay leur est désormais accessible grâce à BMO Harris Bank, un moyen pratique et sécurisé de payer en magasin, par des applications et en ligne en utilisant leur téléphone ou leur tablette Apple. Le service Apple Pay est offert aux clients de BMO au Canada depuis 2016 et celui d’Android Pay depuis 2017. BMO Harris Bank a également lancé les services Masterpass, Android Pay et Samsung Pay pour les clients des États-Unis, leur donnant la liberté de faire des achats en toute sécurité au moment et de la façon qu’ils désirent, facilement.

Cirrus

En 1984, la Banque de Montréal a été la première banque canadienne à annoncer des projets visant à relier son réseau de guichets automatiques à un autre réseau de GA par l’intermédiaire de Cirrus (un réseau de GA américain à l’époque, devenu mondial) et, du même coup, de mieux servir ses clients partout en Amérique du Nord.

Authentification biométrique sécurisée

En 2016, BMO a annoncé le lancement en phases du premier programme biométrique de carte de crédit d’entreprise au Canada et aux États-Unis, qui permettra aux titulaires de cartes de vérifier les transactions d’achats en ligne en utilisant la reconnaissance faciale et les empreintes digitales.

MECH

En 1969, la Banque de Montréal annonçait un programme quinquennal pour créer un réseau en ligne de succursales qui aurait une connexion en temps réel à un ordinateur central. Le système fut salué comme le « développement le plus révolutionnaire de l’histoire de l’activité bancaire canadienne et une première mondiale sur le plan de sa portée ».
Le nouveau système allait relier 1 100 succursales réparties sur six fuseaux horaires au moyen de terminaux de transmission liés à un gros ordinateur central, l’IBM 360 modèle 65, installé à Toronto.

Le système MEC dota la Banque de Montréal du plus grand réseau de terminaux bancaires au monde. Cette efficacité accrue offrait plus de commodité aux clients et permettait au personnel en succursale de se centrer sur le service à la clientèle et la capacité de service élargie.

mbanx

Une première parmi les banques nord-américaines, BMO lança mbanx en 1996, une gamme complète de services bancaires par Internet. mbanx était un tout nouveau concept, une entité bancaire virtuelle conçue pour répondre aux besoins et à la réalité de clients de plus en plus pressés. Le nouveau système a montré que BMO avait compris le potentiel d’Internet et n’avait pas peur de repousser les limites des services bancaires.

Services bancaires mobiles, 1999

En 1999, BMO fut la première banque en Amérique du Nord à offrir des services financiers utilisant une application mobile de navigation. Les services bancaires sans fil ont permis aux clients d’accéder à leurs comptes bancaires ou de courtage au moyen de leur téléphone cellulaire lors de leurs déplacements. Les clients pouvaient aussi faire des virements, payer des factures et consulter les cours boursiers.

Un chef de file de la technologie EDI

En septembre 1989, la Banque de Montréal, en collaboration avec Telecom Canada, a mis en place le premier processus de commande automatisé. L’échange de données informatisées (EDI)
consistait en l’échange électronique de documents commerciaux (bons de commande, factures, etc.) par communication interordinateur.

En 1990, la Banque était devenue un leader reconnu en matière de services bancaires électroniques et un acteur proactif de la mise au point, du déploiement et du perfectionnement des systèmes de paiement et d’échange de documents financiers informatisé au Canada.

Prix Computerworld Smithsonian

En 1996, la Banque de Montréal se voit décerner le prestigieux Smithsonian Award for Technology pour son application Connexion Pathway, qui regroupe les ventes des succursales et la formation dans une seule application informatique.

Retraits sans carte

En 2015, BMO Harris Bank a lancé le service de retrait sans carte Mobile Cash. La technologie permet aux clients de retirer de l’argent aux guichets automatiques BMO Harris désignés au moyen de leur téléphone intelligent, ce qui leur fait gagner du temps tout en augmentant le facteur de sécurité.

 

Produits et services novateurs

Milles et jalons

Avec l’arrivée du programme de récompense AIR MILES en 1992, BMO est devenu la première grande banque à récompenser sa clientèle des services aux particuliers. Les services de BMO et la carte Mastercard BMO AIR MILES sont toujours les piliers du programme de fidélité de la Banque.

Portefeuille futé

En 2016, BMO Gestion de patrimoine a inauguré le service Portefeuille futé BMO, un service numérique de gestion de portefeuille abordable. Le service Portefeuille futé BMO propose une approche « autonome » en phase avec les objectifs des clients en matière de placements. Bien que le service soit numérique, une équipe d’experts en gestion de portefeuille prend toutes les décisions de placements.

Ligne d’action

En 1988, la Banque de Montréal lança son service de placements autogérés pour ses clients. En 2000, la Banque proposa le service de placements autogérés en ligne. Depuis ce temps, Ligne d’action a pris de l’envergure et est devenu le service de placements primé que les Canadiens connaissent.

Ligne d’action offre des outils de pointe et novateurs à ses clients ainsi qu’un soutien centré sur leurs besoins pour les aider à atteindre leurs objectifs. Le service leur donne accès aux recherches, menées de façon indépendante, de chefs de file du domaine et à des ressources informatives qui leur procurent les connaissances et la confiance pour prendre des décisions éclairées à propos de leurs placements. Les applications mobiles et tablette qui y sont rattachées permettent aux clients d’accéder à leur compte et de faire leurs transactions bancaires en tout temps, où qu’ils soient.

Le chèque à sécurité absolue – la carte de paiement, 1968

À la fin des années 1960, la Banque lança un nouveau service international combinant les avantages de l’argent comptant et des chèques de voyage.

Le chèque à sécurité absolue, exclusif à la Banque de Montréal au Canada à l’époque, permettait aux clients d’avoir sur eux des effets garantis. Pour accepter les chèques à sécurité absolue, les marchands devaient vérifier la correspondance entre la signature figurant sur la carte de paiement du client et la signature figurant sur le chèque.

À la différence des chèques de voyage, ces chèques n’étaient pas payés d’avance, les frais étaient facturés aux clients seulement s’ils utilisaient les chèques. Le chèque à sécurité absolue fut l’une des façons pour la Banque de s’adapter aux besoins changeants des clients et à leur nouveau mode de vie.

Premier prêt hypothécaire

La Banque de Montréal a été la première banque du Canada à consentir un prêt hypothécaire en vertu de la nouvelle Loi nationale sur l’habitation en 1954.

L’Inter-Service devient réalité

BMO a été la première banque canadienne à offrir le service bancaire intersuccursales. Prenant la parole à l’assemblée annuelle de la Banque de 1979, le président W.D. Mulholland déclara : « Les clients de la Banque de Montréal peuvent dorénavant effectuer des dépôts et des retraits et obtenir le solde de leur compte dans n’importe quelle succursale en direct au Canada, comme s’il s’agissait de leur succursale attitrée. »

La sécurité à toute heure

Dans les années 1950, la mise en place du service de dépôt à toute heure a rehaussé la sécurité et la commodité pour les clients en éliminant le risque de perte ou de vol d’argent conservé dans l’établissement du client durant la nuit. Ce dépôt en tout temps peut être rattaché à une volonté générale d’améliorer continuellement les services aux entreprises durant des années d’après-guerre.

Caissier d’acier

Le caissier d’acier a quant à lui fait son entrée au Québec à la fin des années 1970. Les clients pouvaient laisser leurs dépôts, leurs factures et leurs livrets dans une sorte de boîte aux lettres et le personnel de la succursale procédait aux transactions après les heures d’ouverture. Les livrets et les reçus étaient par la suite envoyés par la poste aux clients, ce qui réduisait les files d’attente en succursale et faisait gagner un temps précieux aux clients.

Guichet Tyme – (GA M & I)

En 1976, M & I a mis en service le tout premier guichet automatique du Wisconsin.

La banque à votre portée, en tout temps

Le guichet Instabanque était une grande innovation sur le plan de la commodité, puisqu’il offrait aux clients l’accès en tout temps à des services bancaires automatisés, y compris la possibilité de faire des dépôts et des retraits en espèces, de régler des factures, d’effectuer des virements et plus encore.

Apparus au milieu des années 1970 à Toronto, à Calgary et à Vancouver, les guichets Instabanque permettaient aussi aux clients de demander qu’un conseiller communique avec eux par téléphone ou par la poste.

Téléguichet, 1979

En février 1979, la succursale principale de Winnipeg de la Banque de Montréal a inauguré ses téléguichets dans le hall du rez-de-chaussée. Ces nouveaux guichets reliaient les clients aux employés par l’intermédiaire d’écrans de télévision quatre couleurs munis de téléphones. Les transactions s’effectuaient entre les employés et les clients au moyen de tubes pneumatiques. Ces guichets visaient à attirer les jeunes professionnels qui se rendaient au travail à pied.

« Ma banque au volant »

En septembre 1949, la Banque a reçu une couverture médiatique nationale sans précédent pour son introduction de « services bancaires à l’auto » à sa succursale située à l’intersection de la 10e Avenue et de la rue Granville à Vancouver. La Banque de Montréal était la première à offrir des services à l’auto au Canada, ce qui représente bien sa volonté de longue date d’être « la première ».

Première télébanque au Canada

En 1983, la Banque de Montréal a été la seule banque canadienne à participer à un projet de recherche sur les services bancaires à domicile, par lesquels certains clients pouvaient effectuer leurs transactions à la maison au moyen d’un terminal d’ordinateur à clavier relié à leur téléviseur et à leur téléphone. Le service avait été conçu en particulier pour les cultivateurs et les entreprises situées en région rurale pour leur permettre d’accéder aux renseignements sur leurs comptes, quelle que fût la distance qui les séparait de leur succursale de la Banque de Montréal.

« Ma banque trottoir », 1958

C’est une succursale de la Banque de Montréal à Saint-Lambert, au Québec, qui fut la première au Canada à offrir un guichet de service « au trottoir ». Ce nouveau dispositif permettait aux clients de faire leurs opérations bancaires sans même entrer dans la succursale.

La carte Mastercard BMO World Elite, lancée en 2010, est une carte de voyage offrant récompenses, avantages et assurances haut de gamme. BMO a été la première institution financière à permettre aux clients de participer au programme de récompenses World Elite de la carte Mastercard et d’obtenir des récompenses voyage de premier ordre.

 

Vestiges du passé

Une banque pour enfants

En 1952, la Banque de Montréal était le seul établissement bancaire à avoir un guichet où les jeunes pouvaient effectuer des opérations (généralement des dépôts, détenus en fiducie). Les enfants recevaient un livret, destiné à insuffler chez eux le sens de la valeur de l’argent et de l’épargne.

Tenue de livre semi-électronique, 1958

Avec l’adoption de la technologie NCR, les opérations de comptabilisation et de vérification des chèques prenaient désormais deux fois moins de temps qu’avec les méthodes antérieures et les clients recevaient « des relevés clairs et uniformisés ». Cette innovation s’inscrivait dans un processus continu de recherche, d’adaptation et d’amélioration des systèmes technologiques clés de la banque.

La magie du GÉNIE

Le 1er juillet 1963, BMO annonce le lancement de son système bancaire automatisé entièrement intégré, nommé GÉNIE (GÉNération d’Information Électronique). Première du genre au Canada, cette machine de traitement des données fonctionnait par reconnaissance de caractères magnétiques. Elle pouvait comptabiliser 3 000 opérations bancaires à la minute.

 

Le dictographe

Cette relique des télécommunications était installée dans la suite directoriale du siège social de la Banque de Montréal. Le dictographe était un interphone complémentaire qui permettait à un petit nombre de dirigeants de communiquer directement entre eux. D’après les étiquettes des boutons d’appel, cette machine était utilisée par les plus hauts responsables de la Banque vers la fin des années 1970.

 

 

Ces objets, ça vous dit quelque chose?

Les instruments, procédés et systèmes utilisés pour offrir des services bancaires ont changé au fil de l’histoire de la Banque pour laisser place à des outils plus modernes et efficaces. Voici quelques exemples de fournitures qu’on voyait dans les succursales ou bureaux de la Banque de Montréal selon l’époque.

Les livrets, ça vous dit quelque chose?

Innovation sur le plan de la commodité, ce petit document passait machinalement des mains des clients à celles des caissiers à chaque transaction. Parmi les archives de la Banque se trouvent des livrets bancaires datant de 1820 – trois ans après sa fondation.

Un destin plus grand que soi

Rendant hommage à la première banque au Canada, le livre riche en images Un destin plus grand que soi : L’histoire de la Banque de Montréal de 1817 à 2017, de Laurence B. Mussio, raconte l’histoire captivante de la Banque, de sa fondation jusqu’à aujourd’hui.

Visitez le site de McGill-Queen’s University Press pour commander votre exemplaire.

img_feature2

BMO est un commanditaire présentateur de l’initiative Montréal en Histoires, qui souligne les 375 ans de Montréal et le bicentenaire de BMO. Cette commandite comprend divers projets de nature technologique ainsi qu’une application mobile.

Pour en savoir plus, visitez le site Montréal en Histoires.


Haut

Votre navigateur n’est plus à jour et n’est pas optimisé pour ce site. Certains éléments du site Web pourraient ne pas s’afficher correctement. Veuillez mettre à jour votre navigateur en suivant l’un des liens ci-dessous :

Les images qui figurent sur ce site Web sont la propriété de la Banque de Montréal, sauf indication contraire. Il est interdit d’en faire un usage non autorisé.

Je comprends