Des revolvers chargés en succursale

2-3-2-column-width-dd

Les armes à feu sont indissociables des banques, mais on ne peut pas dire qu’elles ont toujours fait bon ménage. De tous les moyens utilisés pour protéger l’argent, c’était celui qui posait le plus de risque. Dans une circulaire de 1964, la Banque indiquait le nombre d’armes à feu à conserver dans une succursale, selon sa taille. Elle suggérait aux équipes de six employés ou moins de garder au moins deux revolvers à portée de la main. Pour une succursale de plus grande taille, disons de quarante employés, on suggérait cinq revolvers. Si l’établissement était vraiment important, il fallait garder au moins vingt revolvers. Les armes garantissaient la protection lorsqu’il fallait transporter de l’argent dans la ville.

En novembre 2001, la Banque a fait don de sa collection d’armes à feu au Musée Stewart de Montréal. La Banque a conservé un revolver et un fusil mis hors service dans ses archives pour garder une trace concrète d’un aspect peu connu de son histoire.


Haut

Votre navigateur n’est plus à jour et n’est pas optimisé pour ce site. Certains éléments du site Web pourraient ne pas s’afficher correctement. Veuillez mettre à jour votre navigateur en suivant l’un des liens ci-dessous :

Les images qui figurent sur ce site Web sont la propriété de la Banque de Montréal, sauf indication contraire. Il est interdit d’en faire un usage non autorisé.

Je comprends