Les listes de codage télégraphique : La cryptographie victorienne

Extrait d’Un destin plus grand que soi : L’histoire de la Banque de Montréal de 1817 à 2017, par Laurence B. Mussio

2-2-5-main-dd

Le télégraphe a constitué un aspect vital de la révolution des transports et des communications au XIXe siècle. Il annonçait l’abolition des distances et l’accélération de la prise de décision. Il a joué un rôle vital dans la révolution de l’informatique et du contrôle des processus. À l’époque comme de nos jours, l’évolution technologique devait entraîner un remodelage financier complet.

La transmission de renseignements financiers et de données sensibles par le biais de lignes télégraphiques publiques exigeait un langage codé. Au fil des années, celui qu’avait créé la Banque a été continuellement actualisé. Ainsi que l’indiquait l’introduction de l’une des listes de codage (en 1960!) : son objectif était « d’occulter le sens des messages et de minimiser les coûts télégraphiques. Les messages importants ou confidentiels devraient être soigneusement codés afin d’en déguiser le sens autant que possible alors que ceux qui ne sont pas aussi secrets devraient l’être principalement par mesure de concision. »

Les listes de codage étaient des documents sensibles de grande valeur; aussi, étaient-ils conservés sous clé dans un coffre confié à la garde du directeur ou du comptable. Durant les heures de bureau, la chaîne de séquestre était clairement établie et seul le personnel autorisé pouvait consulter ou utiliser la liste de codage.

Voici quelques exemples des types de codes utilisés dans la liste de 1887. Choisis au hasard, ils sont parfois involontairement cocasses!

Le chiffre « 2 » Above ; en livres sterling : « Abreast » ; en dollars : « Abridge » ; en cents : « Abridgement »
Le nombre : « 10 millions » « Extort » en livres sterling : « Extorted »; en dollars : « Extols »
Impossible d’ouvrir la chambre forte; verrou hors service; ait envoyé chercher le serrurier pour ____ « Furnishes »
Panique à Montréal « Jerking »
Panique à New York « Jerks »
Vous avez commis une erreur – « Notoriety »
Banque de Nouvelle-Écosse « Raging »
Bank of Toronto « Ransack »
Baring Bros. & Co. « Rational »
Le siège social de la Banque de Montréal « Plutonic »
La Banque Canadienne impériale de Commerce « Remember »
La Banque d’Angleterre « Plodding »

Haut

Votre navigateur n’est plus à jour et n’est pas optimisé pour ce site. Certains éléments du site Web pourraient ne pas s’afficher correctement. Veuillez mettre à jour votre navigateur en suivant l’un des liens ci-dessous :

Les images qui figurent sur ce site Web sont la propriété de la Banque de Montréal, sauf indication contraire. Il est interdit d’en faire un usage non autorisé.

Je comprends