Le Groupe de travail sur l’avancement des femmes à la Banque

Extrait d’Un destin plus grand que soi : L’histoire de la Banque de Montréal de 1817 à 2017, par Laurence B. Mussio

8-2-14-column-width-dd

Photographie : Frank Grant de G/W. Photography

Au début des années 1990, la Banque a formé trois importants groupes de travail sur l’avancement des femmes et d’autres groupes. Inspirée par le président et chef de l’exploitation F. Anthony Comper, elle voulait comprendre comment tirer le plus grand profit des aptitudes de personnes et de groupes dont les talents et le potentiel ne sont pas suffisamment reconnus et soutenus sur le marché du travail.

Le Groupe de travail sur l’avancement des femmes à la Banque, dirigé par Marnie J. Kinsley, vice-présidente à la direction, a remis son rapport en novembre 1991. On y lisait notamment que les trois quarts des 28 000 employés permanents de la Banque étaient des femmes, mais que leur présence était limitée à 9 p. cent chez les dirigeants et à 13 p. cent chez les cadres supérieurs et que cette performance, si « piètre » était-elle selon l’avant-propos signé par Tony Comper, comptait tout de même parmi les meilleures du secteur, ce qui faisait ressortir la gravité du problème. Le rapport, qui a fait époque, examinait dans une transparence inhabituelle les perceptions des femmes désireuses de faire carrière dans les institutions financières et les réalités auxquelles elles devaient faire face. Ce fut, pour la direction, une excellente occasion de reconnaître les faits. Le rapport jetait les bases d’une stratégie future et formulait quatre grandes recommandations : établir les faits, aider l’employé à progresser, atténuer le stress (pour les femmes et les familles) et adopter des mesures concrètes dont quelqu’un est responsable; ce fut le début d’un long processus menant à l’égalité des sexes à la Banque. Le groupe de travail avait aussi préparé 26 plans d’action en vue d’une application ultérieure.

Par la suite, la Banque entama une transformation de sa culture, grâce à des initiatives inspirées des premiers travaux réalisés dans les années 1990. Ces efforts furent récompensés par un prix Catalyst 1994 pour la promotion de l’avancement des femmes.

Sur les entrefaites, d’autres groupes de travail furent formés sur l’avancement des Autochtones, les minorités visibles et sur l’embauche de personnes handicapées. Ces deux importantes études sont en partie le résultat du succès et de l’efficacité du Groupe de travail sur l’avancement des femmes.


Top

Your browser is out of date and is not supported. Some features of this web site may not display correctly. Please update your browser to one of the following:

Images on this website are property of Bank of Montreal unless otherwise noted. Unauthorized use is prohibited.

I understand