L’entente entre BMO et Nesbitt Thomson

Bank of Montreal’s William D. Mulholland and Matthew W. Barrett and Nesbitt Thomson’s Brian J. Aune and Michael I. Sweatman

William D. Mulholland et Matthew W. Barrett, de la Banque de Montréal, et Brian J. Aune et Michael I. Sweatman, de Nesbitt Thomson, se dirigent vers le siège de direction de Nesbitt Thomson, sur l’historique rue Saint-Jacques, à Montréal, au Québec.

6-4-13-sidebar-dd-01

Pièce de monnaie commémorative.

6-4-13-sidebar-dd-02

Plaque de laiton de l’immeuble du siège de direction de Nesbitt, Thomson and Company au 355, rue Saint-Jacques, Montréal, Québec.

L’achat de l’une des sociétés de placement les plus respectées du Canada en 1987 fut rendu possible grâce aux réformes réglementaires du gouvernement canadien qui permettaient aux banques d’acheter ces sociétés. C’était la réponse du Canada au « big bang » de déréglementation financière mondiale des années 1980.

6-4-13-column-width-dd-01

L’acquisition de Nesbitt Thomson par la Banque de Montréal a été soulignée lors d’une cérémonie à Montréal. Pour souligner l’occasion, le président de Nesbitt, Brian Aune, a offert en cadeau au président de la Banque de Montréal, William D. Mulholland, un certificat représentant les parts de Nesbitt acquises par la Banque de Montréal. Pour sa part, M. Mulholland a offert à M. Aune un portrait original du peintre Nicholas de Grandmaison provenant de la collection privée de la Banque : Riding at the Door.

La transaction BMO–Nesbitt Thomson fut historique en ce sens qu’elle était la première du genre entre une banque à charte et une société de placement canadiennes. L’achat permettait à la Banque d’offrir un vaste éventail de services d’investissement pour la première fois dans l’immense réseau transcontinental.

6-4-13-column-width-dd-02

L’acquisition de Nesbitt Thomson par la Banque de Montréal a été soulignée lors d’une cérémonie à Montréal. Sur la photo, le président de Nesbitt, Brian Aune, et le président de la Banque, William D. Mulholland, participent à une conférence de presse pour l’occasion.

L’envergure de la Banque, son capital de base, son réseau de distribution au détail, ses systèmes informatiques et ses activités mondiales cadraient très bien avec l’expérience et les compétences entrepreneuriales de la maison de courtage. La Banque visait de nouveaux marchés, en particulier le marché des services aux particuliers, où les produits d’investissement et d’épargne avaient besoin d’être repensés. Le personnel de Nesbitt apporta également à la Banque une nouvelle culture et une nouvelle façon de faire les choses, qui persistent jusqu’à ce jour.


Haut

Votre navigateur n’est plus à jour et n’est pas optimisé pour ce site. Certains éléments du site Web pourraient ne pas s’afficher correctement. Veuillez mettre à jour votre navigateur en suivant l’un des liens ci-dessous :

Les images qui figurent sur ce site Web sont la propriété de la Banque de Montréal, sauf indication contraire. Il est interdit d’en faire un usage non autorisé.

Je comprends