Services bancaires, services policiers

Quatre jours après l’ouverture de la Banque de Montréal, ses dirigeants ont demandé au gouverneur de la ville de poster une sentinelle à ses portes, pour plus de sûreté. Montréal ne possédait pas de forces policières, mais sa garnison était occupée par des soldats anglais. L’année suivante, les autorités municipales adoptaient une résolution visant « l’installation de lampadaires et l’engagement de surveillants de nuit, au nombre de vingt-quatre, ayant pour tâche d’entretenir les lampadaires et d’assurer des services policiers ».


Haut

Votre navigateur n’est plus à jour et n’est pas optimisé pour ce site. Certains éléments du site Web pourraient ne pas s’afficher correctement. Veuillez mettre à jour votre navigateur en suivant l’un des liens ci-dessous :

Les images qui figurent sur ce site Web sont la propriété de la Banque de Montréal, sauf indication contraire. Il est interdit d’en faire un usage non autorisé.

Je comprends